mésange

Noël joyeux et tendre est passé, l'an neuf l'a suivi et puis, fatiguée, mal au dos je suis restée à la maison une semaine de plus. Le froid qui s'est fait piquant a ramené les oiseaux picorer dans le jardin pour le grand bonheur de nos yeux. Mésanges, bergeronettes, grive, merles... ils ont su partager en bon entente les graines, les pommes et les fruits de la passiflore.

J'ai profité de ces quelques jours pour étirer les jours, les rendre souvent paresseux, me lover à lire ou tricoter. J'ai peint et écrit quelques enveloppes de voeux et donc mis à profit mes premiers pas en calligraphie. Tout cela en jetant un oeil au jardin de temps en temps. Sous sa parure givré, qu'il était beau!! On aurait aimé un peu de neige mais non, elle n'est pas venue. Tant pis.

Voeux 2

Voeux

J'ai donc lu, "Le ciel est immense" de Marie Sabine Roger dont j'aime particulièrement l'écriture poétique. Un livre mélancolique et tendre qui parle d'amours manqués, d'un suicide raté qui se transforme en retour vers la vie, vers l'amour... et puis "En attendant Bojangles" de Olivier Bourdeaut, un premier roman qui, lui, parle d'un amour fou au sens propre comme au figuré. L'amour d'un homme pour une femme, de cette femme pour lui, de leur amour commun pour leur fils qui le leur rend bien. La vie rocambolesque de ces quatre personnages* et la folie qui les rattrape, emportant la femme puis l'homme qui la rejoint. Tout cela sur la musique de Bojangles de Nina Simone...

* je m'aperçois que j'ai fait un lapsus qui n'en est pas un. La mère, le père et le fils cela fait trois+ Madmoiselle (une grue) cela fait quatre

en attendant bojangles  le ciel est immense

Demain, une nouvelle semaine et encore quelques semaines de travail...