Petits trucs de brizou

mardi 11 décembre 2018

Décembre a fait ses premiers pas


4
Premiers tout petits frimas, juste de quoi rosir les joues, un peu, de quoi rosir l'aube et frissonner l'herbe sous les pas. Les soirées sont lumineuses sous des ciels clairs et merveilleusement étoilés. Les arbres ont fini de pleurer leurs feuillage aux derniers coups de vent et les oiseaux s'en donnent à coeur joie sur les petites pommes et les boules de graines. Le chat paresseux les regarde d'un oeil intéressé mais ne bouge pas d'une vibrisse. Allongé dans la véranda, il se chauffe au soleil. Les feuilles ramassées et déposées sur la lasagne, il ne me reste plus qu'à rejoindre le chat pour paresser à mon tour. Pour réjouir l'oeil et donner au séjour un début d'ai de fête, j'ai piqué quelques clous de girofle dans des mandarines. Si le courage me revient, j'irai plus tard cueillir quelques branchages où accrocher les boules de Noël. Sinon, je crochèterai des ces jolies fleurs que Annette Pétavy nous enseigne à fabriquer tout au long de son calendrier de l'avent, à moins que je décide de relever le défi d'Anne en illustrant des expressions utilisant les fruits (et que je vous montrerai dans un autre post). Premiers frimas timides nous ramène aux joies d'intérieur, aux joies intérieures et aux plaisir simples des petits travaux manuels. Hmmmmm, comme ils sont doux ces premiers petits frimas...


3

 

 

Posté par brizou55 à 14:01 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


mercredi 5 décembre 2018

Novembre est parti sous la pluie

Arbre symbole

Novembre au parfum d'humus, novembre et ses journées claires et froides, ses matins brumeux et ses nez enrhumés.

Novembre, c'est le mois des feuilles mortes, les dernières roses et l'arrivée gourmande des oiseaux

Novembre pour cueillir les kiwis, ramasser les dernières pommes et déguster les potages de potiron

Et puis, novembre c'est aussi la journée contre les violences faites aux Femmes. C'est une journée important pour FEM, pour marquer ce jour nous avons marché en chantant dans le bourg de Laurenan, marquant nos arrêts par des lectures de faits divers malheureusement nombreux et récents. Viols, agressions, violences, ne manquent pas. Nous arborions un ruban blanc et les avons accrochés symboliquement à un arbre avec nos panneaux.

Et puis, Novembre c'est le mois de naissance de mon grand garçon. Mon premier né encore tellement fragile. Nous nous sommes réunis autour de lui dans une joie paisible et simple pleine d'amour. 

C'est déjà décembre....

brume 2  feuilles 2

fushia  3

Posté par brizou55 à 18:27 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

mercredi 14 novembre 2018

Liberté

cadavre exquis

Un chat noir traverse la voie de chemin de fer. M'en fiche ! Il fait nuit mais les lampadaires éclairent le poste d'aiguillage d'une lumière blafarde et plutôt glauque. Dans la gare, seule la marquise reste éclairée. On y aperçoit quelques silhouettes frileuses emmitouflées chaudement. Le train aura du retard ce soir, à cause de moi. Je marche sans espoir, juste le désir de quitter cette ville. De quitter cette vie aussi, pourquoi pas ? Je me suis débarrassé des menottes juste avant le départ et j'ai profité du signal d'alarme pour sauter du train. Je me suis laissé rouler loin du ballast et j'ai rampé dans les buissons pendant au moins un kilomètre. Je souris dans la nuit en pensant à mon gardien. Il y a bien longtemps que je n'ai pas souri de cette manière. Cette fois, j'avais même eu droit à une couchette ! Ils peuvent bien chercher les perles, ils ne les retrouveront pas là où je les ai mises, elles ne feront plus de mal à personne, à moins que...Mais tout ça m'est égal en fin de compte. En m'éloignant j'entends le sifflet du dernier train assourdi par le brouillard. Je m'en fiche à présent, je suis déjà loin, loin dans ma tête, loin de la ville, de la vie. Je me fiche de la nuit, du froid, je marche droit devant moi, je laisse les perles à ceux qui les trouveront si quelqu'un les trouve, la galère aux malchanceux, la prison derrière moi, ma vie aux chiens ! Tout m’indiffère sauf la liberté. Je la sens, elle est là, elle est à moi. Je mourrai libre, enfin!!

PS: il fallait mettre les mots suivants, noir, marquise, perle, train, sifflet, départ, signal d'alarme, menottes dans un texte de 1500 signes... 

Posté par brizou55 à 10:33 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

samedi 10 novembre 2018

Quelques pas dans la rosée


lever du jour

Certains matins d'automne vous coupent le souffle par leur beauté. Qu'importe le vent frisquet annonciateur de nuages. Le ciel flamboie de toute sa majesté et c'est un spectacle dont je ne me lasse pas, alors encore en peignoir et les pieds nus je vais au bout du jardin rendre grâceà cette beauté. Instants magiques...  les toiles d'araignées brillent emperlées de rosée et le rouge gorge se fait la voix en petits trit, trit, trit joyeux. C'est alors que je mesure ma richesse et ma chance de pouvoir la reconnaître. 

Posté par brizou55 à 21:57 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

lundi 22 octobre 2018

Le sens du partage

 

Troc

Dimanche, c'était le premier Troc de FEM depuis son installation à Laurenan, petite ville des côtes d'Armor et du Mené au conseil municipal accueillant et participatif. Le premier après le départ d'Yvan et de Valériane et du bouleversement qui s'est ensuivi. Pas facile de redémarrer mais cela s'est fait, petit à petit. Avec la volonté de retrouver ce dynamisme, cette joie, cette solidarité qui caractérise cette association d'hommes et de femmes luttant pour plus d'égalité, moins de violences entre hommes et femmes.

Dimanche, c'était un Troc plantes, graines, boutures, fruits, confitures... c'était joyeux et coloré. Nous avons marché, échangé, mangé et chanté dans la bonne humeur et sous un soleil radieux et complice. Il est venu des habitants de Laurenan, des curieux de tout le Mené. Il y a eu beaucoup d'échanges, de dons et une petite fille ravie de nous composer (presqu')à elle seule un merveilleux mandala d'automne. 


chorale

 

 

Posté par brizou55 à 13:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


lundi 15 octobre 2018

Noir???

 

défi 184Noir??? 

Elle nous a dit "NOIR"

C'était le Défi à relever, l'objet à dessiner, à illustrer

Noir quand j'aime tant la couleur!

Noir quand l'automne flamboie, quand la rose du jardin nous offre ses derniers pétales et que le fuchsia de tout l'été n'a jamais été aussi beau

Noir alors que c'est la couleur interdite avec le blanc pour l'aquarelliste

Elle nous a dit noir quand son coeur de mère se serre d'une nouvelle saison sans son fils

Noir comme le chagrin qui revient telle une vague

Noir comme ce cailloux semé au début de l'été dans son âme de mère et qui pèse si lourd... parfois

Noir comme la nuit qui n'en finit pas de céder la place au jour en ces dernier jours d'octobre

Noir, c'était difficile, douloureux

Comme un paysage torturé par l'hiver et la nuit infinie

Posté par brizou55 à 16:47 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

jeudi 4 octobre 2018

Nous voulons des coquelicots

 


nous voulons des coquelicots
Je te dirai les mots rouges

Je te raconterai le chant des coquelicots au soleil des blés mûrs

Et leurs pétales de sang éclairant les fossés

Ces tâches vermillons fleurissant les pavés

Et les bouquets joyeux cueillis par les enfants

 

default-imageNous voulons des coquelicots et non du poison tueur de vie

Pour signer l'appel: https://nousvoulonsdescoquelicots.org/

 

Posté par brizou55 à 10:09 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

lundi 1 octobre 2018

Atelier de Gwendoline, consigne 2


photo

Je me répète ces six mots, cette phrase et ils n'en finissent pas de m'intriguer, de m'interroger, de faire naître en moi mille questions.

Noir Corbeau Aubépine Café Ébène Nuit. Nuit qui tombe. Ce sont ces mots, ces phrases qui terminent le texte retrouvé sur une feuille déchirée et jaunie dans le fond d'un carton de déménagement jamais défait.

Je regarde la photo prise tout à l'heure dans le vieux séchoir à paille. Sur la pierre bleue, ces traces comme une ancienne cicatrice laissée là par les événements qui s'y sont déroulés.

Adélaïde, qu'as-tu voulu me dire, à moi, ta descendante, ton arrière arrière petite fille ? Moi qui te ressemble, paraît-il beaucoup, on m'a donné ton prénom, Adélaïde. Je veux connaître ton histoire, ta vérité.

Tu es partie dans l'aube à peine éclose d'une froide nuit d'hiver. Blessée, profondément meurtrie par les âmes bien pensantes de ton village. Rejetée de tous, même des tiens, de ceux en qui tu faisais totalement confiance. Si jeune. A peine seize ans.

Noir, le jupon de toile épaisse sous la robe de bure. Corbeau, l'oiseau maléfique saluant ton départ précipité ce matin de février. Aubépine, l'arbuste qui te griffe et fait perler ton sang, sans même t'émouvoir. Café recuit sur la vieille cuisinière de la chaumière et avalé bouillant avant de fuir. Ébène, cette nuit maudite ou la peau de celui par qui le malheur est arrivé. Nuit de ton âme blessée. Nuit qui tombe sur tes blessures en les enfouissant loin au fond de toi, pour oublier, pour ne plus avoir mal, pour ne plus pleurer, jamais.

J'ai seize ans, à mon tour. Je veux savoir, Je veux connaître les secrets enfouis par le malheur, les convenances, les traditions familiales. J'ai trouvé le carton dans la maison de Mamie cet été. J'ai fouillé, dans d'autres cartons, dans le passé, dans la mémoire de Mamie et j'ai fini par retrouver le nom de cet endroit.

PS: deuxième partie d'une histoire commencée par une autre et en intégrant la photo... 

Posté par brizou55 à 14:51 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

lundi 17 septembre 2018

Atelier de Gwendoline, consigne 1

affiche

Je ne me retourne pas. Les voitures ont beau klaxonner à qui mieux mieux leur colère dans cet embouteillage monstrueux, je ne me retourne pas. L'odeur de gazole se mêle en effluves nauséabondes à celle de la térébenthine de la peinture dont je suis à présent couvert. Je ne dois pas me retourner quels que soient les bruits, les odeurs, les cris que j'entends. Je dois continuer absolument. Je sens leur désapprobation, leur ironie. Leurs rires m’indiffèrent, tout m’indiffère hormis ma guerrière.

Je l'ai rêvée la nuit dernière, belle, tellement belle et tellement moi et je ne me retournerai pas tant qu'elle ne sera pas achevée, hurlant sa colère, gueulant sa révolte !!! Je l'ai rêvée et c'est elle qui portera mon dégoût, ma frustration, mon indignation devant les injustices de ce monde.

Elle est belle dans sa fureur de vivre, son désir de plus, de mieux. Elle ne doit pas leur faire peur, elle doit les alerter. Eux, les pollueurs avec leurs grosses autos et leurs embouteillages puants. Eux qui marchent dans cette ville pour aller acheter des gadgets inutiles qu'ils fourreront dans des sacs plastique et qu'ils jetteront dès qu'ils n'en auront plus envie...

Je m'applique à finir ma fresque magnifique !! Touche après touche j'y mets mon cœur et ma rancœur et tout ce que je veux dire, crier, hurler, je l'étale à grands coups de pinceau, à grands coups de spatules.

Je ne me retournerai que lorsque j'aurai mis le dernier coup de pinceau, le dernier détail pour qu'ils comprennent bien, peut-être pas tous, peut-être que quelques uns, ce serait déjà beau, ce serait un début avant la grande révolution, le grand chambardement. Ils vont bien finir pas comprendre.

Je ne me retourne pas mais je les entends, ils grondent et protestent, certains applaudissent, d'autres ricanent. Moi, je peins, avec conviction, avec ardeur, j'y mets toutes mes convictions. Mes bras me font mal, leurs rires me font mal mais je peins, je peins, je peins et je peindrai jusqu'à la dernière couche, la dernière touche et si je n'ai plus de pinceau, je peindrai avec mes doigts.

Mais, que se passe-t-il ? Je sens soudain un tremblement dans mon échafaudage. Mes pots glissent inexorablement... Ils n'oseraient tout de même pas ?

Il fallait commencer le texte par "je ne me retourne pas"...

Posté par brizou55 à 14:11 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :

vendredi 14 septembre 2018

Quelques pas au jardin...

a pied

Dans les premières brumes de septembre

Dans les premiers refroidissements de l'air

Dans les premiers frémissements de l'automne

Aller faire quelques pas au jardin

Admirer les dernières fleurs

Admirer les premiers fruits

Glaner les noisettes

Récolter les graines

Sentir surtout, sentir ce jardin un peu las de tout le soleil de l'été

S'ébrouer et se préparer

Etaler son lit de feuilles colorées

Boire les premières pluies

Le sentir et le remercier pour sa beauté discrète

Pour tous ses petits cadeaux gourmands

Pour les siestes et les farnientes de l'été

Pour les confitures de l'hiver

Pour le bien-être si généreusement offert


b jardin

Posté par brizou55 à 09:52 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,