Petits trucs de brizou

mardi 19 septembre 2017

Fruits d'automne

Défi 161Il y avait longtemps que je n'avais plus publié de Défi de Charlotte. Il y a des périodes comme ça... déjà, il y en a eu moins durant l'été et puis, j'en ai loupé quelques uns. Par manque de temps, manque d'envie, manque d'inspiration aussi. Pour celui-là, qui n'est pas d'une originalité folle, il m'a suffit de m'assoir à ma table de salle à manger. Ils étaient devant moi et leurs couleurs me plaisaient. Je les ai dessiné avant qu'ils ne soient mangés.

L'automne n'est pourtant pas encore là selon le calendrier, mais le froid et la grisaille de ce septembre nous a glacés en nous rappelant que l'été étaient bel et bien terminé et puis... surprise! Depuis hier le soleil nous fait la gràce de nous réchauffer un peu. Le temps de faire quelques travaux au jardin. le temps de ramasser d'autres fruits d'automne car mes noisetiers ont été généreux cette année. Mon humeur n'est pas la seule à fluctuer au gré de la météo. Mes articulations en font autant. Comme le disait Létizia, la mère de Napoléon ; pourvu que ça douuuuuuuure

 

Posté par brizou55 à 17:55 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :


samedi 9 septembre 2017

Petit souper entre amis

nappe-caroline-une-assiette-moyenne-1

D’un geste, elle rejette ses draps, heureuse ! La journée s’annonce belle et se finira en apothéose, elle en est sûre. D’ailleurs c’est ce qu’ils ont décidé, tous ensemble.

Hier, elle a sorti sa plus belle nappe brodée à la main, à petits points du temps où elle y voyait encore. Elle a empesé les serviettes, huit, et préparé tous les ingrédients de son gigot d’agneau de onze heures. Tous, sauf un. C’est pour cela qu’elle est tellement heureuse que la pluie se soit arrêtée. C’est un signe. Ce matin, elle a été réveillée par la douce et lumineuse chaleur de ce soleil de septembre.

Allez, il est grand temps de se remuer. Elle s’habille vite fait en chantonnant les amants de Saint Jean, sa chanson préférée, et se fait chauffer thé et tartines avant de vérifier son gigot. Elle a sorti sa grande cocotte en fonte noire, lourde comme un âne mort aurait dit sa regrettée et défunte mère. Elle l’a frotté d’huile, y a fait revenir oignons, ail, carottes puis, elle a fait dorer son gigot badigeonné de moutarde. Elle a nettoyé ses légumes : les belles courgettes à la peau vernissée d’un beau vert Émeraude, les petites pommes de terre de Noirmoutier, trois grosses aubergines au ventre bien rond, quelques tomates bien fermes qu’elle a coupé en quatre. Elle n’en épluche aucun, ils viennent tous de son petit jardin, elles les a spécialement bichonnés pour l’occasion. Elle y ajoute un beau bouquet garni et y versera un litre de vin blanc.

Elle rince sa tasse, allume son four et y glisse la cocotte. Ouf !! Elle est vraiment lourde. Maintenant, elle peut aller cueillir les fleurs pour le chemin de table et ramasser la touche finale de son plat. Il lui restera alors à dresser le couvert et à confectionner son fameux fondant au chocolat qu’elle accompagne d’une crème parfumée à l’aspérule odorante, un délice !! Elle veut que tout soit parfait, ils l’ont rêvé comme ça. Tous ensembles.

Elle ne met qu’une veste légère, il fait si beau aujourd’hui. Elle jette un dernier coup d’œil dans le four, tout va bien, son gigot va cuire, tout doucement, jusqu’à ce soir. Elle attrape ses paniers, un pour les fleurs, l’autre pour la surprise du chef (elle en sourit toute seule en hochant la tête) et s’en va gaiement au jardin après avoir enfilé ses caoutchoucs.

Les dahlias sont somptueux, certains carmins, d’autres orangés, les uns roses d’autres jaunes, elle a toujours aimé les dahlias et en replante chaque printemps, préparant les bulbes avec soin pour faire flamboyer la fin de l’été jusqu’aux gelées. Elle y ajoute quelques roses qui ont résisté aux pluies de ces derniers jours. Ce sont des « Honorine de Brabant » elles sont roses striées de rose presque mauve et embaument le petit coin du jardin où elle a mis un petit banc et où elle aime venir passer de longues heures. Il ne reste plus qu’à choisir un ou deux feuillages colorés et à déposer son panier sur le seuil de sa maison pour tout à l’heure.

A présent elle marche vers « les pas aux biches » ce petit coin de la forêt de Lanouée où elle sait trouver ce qu’il lui faut.

La voilà qui marche en scrutant la mousse au pied des chênes. Il lui faut peu de temps pour trouver les premiers cèpes de Bordeaux à la belle robe lisse. Il ne lui en faut pas beaucoup, juste de quoi décorer ses assiettes ils seront accompagnés de ceux qu’elle trouvera un peu plus loin dans le pré de Rolland, des psilocybes et à peine parsemés de la « surprise » qu’elle vient de trouver.

Elle est contente, il n’est pas tard, ses préparatifs s’annoncent bien et ses convives vont être satisfaits. Le temps de rentrer et la voilà aux fourneaux et à ses derniers préparatifs. Sa nappe est du plus bel effet et Madeleine lui a promis de venir tôt pour mettre la table. Elles sont complices depuis le préparatoire où elles ont connu aussi Renée. Louis et Marcel aussi. Son Jean, elle l’a connu plus tard comme Suzanne et Bernard. Mais n’empêche, ils forment une belle bande de joyeux drilles. Ils en ont fait des virées ensemble, ils en ont fêté des évènements tout au long de leur vie et puis, depuis le printemps, ils pensent à ce projet. Ça leur est venue à la mort de Jacques, son Jacques, suivie de l’hospitalisation de Renée et de la « longue maladie » de Madeleine. Ils ont bien senti, que peu à peu, leur corps se détraquait.

Une odeur délicieuse s’échappe de son four alors qu’elle prépare son dessert. L’aspérule odorante infuse doucement dans la crème fleurette et le chocolat fond au bain-marie. Tous les arômes s’entremêlent et elle se remet à fredonner les amants de St Jean. Tiens, voilà Madeleine, son chignon gris brinquebalant, les joues creusées et le sourire aux lèvres.

Ensemble, elles disposent la belle porcelaine, le service en cristal, les couverts en argent. Madeleine chante avec elle. Elles sont heureuses de cet instant partagé.

Ensuite Renée et Louis arrivent avec le pain, suivis de peu par Suzanne et Bernard et le fromage, Marcel est bon dernier mais il apporte le vin. Un Bourgueil pour le Gigot, du Beaujolais pour le fromage, du Pinot gris pour ceux qui préfèrent le blanc et bien sûr, du champagne pour le dessert.

Chacune et chacun a fait des frais de toilette et de coiffeur. Ils sont beaux sans être guindés, ce n’est pas leur genre. Ils se connaissent depuis tant de temps qu’ils sont comme en famille. Ils ont tous plus de quatre-vingt-dix ans et si, comme elle, ils aiment chanter et battre la mesure, ils n’ont plus les jambes pour danser.

Elle a disposé des petits bouquets avec leur nom près des assiettes et chacune, chacun s’assoit. Avant, ils ont déposé une enveloppe dans une corbeille enrubannée sur la desserte.

Elle leur a préparé un petit apéritif à la pêche qu’elle a concocté cet été avec les feuilles de ses pêchers et des petits biscuits au parmesan. Ils trinquent à leur projet sans s’appesantir, simplement pour être sûrs qu’ils sont tous bien toujours d’accord. Elle a mis un peu de musique, du Chopin. Pas trop fort, juste ce qu’il faut pour éviter les silences.

Renée et Louis, Suzanne et Bernard se serrent la main. Et le repas se poursuit, elle leur raconte sa dernière promenade, le soleil, les dernières hirondelles et la queue de l’écureuil aperçue ce matin.

Marcel l’aide à sortir la cocotte du four et tous s’exclament devant le fumet délicieux qui s’en échappe. Elle arrange chaque assiette avec le gigot fondant au point de pouvoir le servir à la cuillère, les légumes qui ont confit dans le jus et une couronne délicate de champignons. Tous les champignons sont comestibles, certains, une seule fois.

Madeleine raconte une blague mignonne, Louis une blague coquine et Marcel une blague un peu cochonne et tous rient aux unes comme aux autres. Ils se régalent du gigot fondant, boivent juste ce qu’il faut de Bourgueil pour être gais et se racontent les dernières péripéties familiales. Madeleine qui est arrière-grand-mère montre, attendrie, des photos du dernier. Chacun s’extasie et la félicite. C’est qu’elle a eu six enfants, quinze petits-enfants et déjà deux arrière-petits-enfants. Ils mangent lentement, dégustent comme il se doit ce repas préparé avec amour.

Car elle les aime ces sept-là ! Ça on peut le dire. Toutes ces années à se soutenir les uns les autres, à se réjouir pour les uns à se chagriner pour les autres. Ça fait un sacré ciment.

Elle va chercher le plateau de fromages accompagnée de Marcel qui va chercher le vin. Il la prend dans ses bras et la serre fort, sans un mot mais en essuyant une larme.

Les conversations vont bon train autour de la table et elle sourit à Marcel, émue. Ils se rassoient et rient avec les autres d’une nouvelle blague de Louis. On se sent bien autour de cette table et la tendresse y est palpable. On se régale aussi, c’est ainsi qu’ils l’ont voulu, prévu.

Le fromage terminé, ils décident de chanter avant le dessert et chacun entonne son refrain préféré que les autres reprennent. Avec la nuit qui vient le temps se rafraîchit et elle va allumer le poêle. Tout doit être parfait ce soir.

Elle débarrasse aidée de Renée, Suzanne et Madeleine. Elle met la vaisselle dans le lave-vaisselle. Elle ne veut pas que sa cuisine donne une impression de négligence. Elles apportent les petites assiettes, petites cuillères et le dessert. Son fondant embaume et sa crème n’est pas en reste. Chacun la complimente avant de savourer sa part. Ils sont tous repus et un peu mélancoliques à présent mais ils ne regrettent rien. Ils ont passé une merveilleuse soirée entre amis. La soirée qu’ils concoctaient depuis de longs mois.

Elle n’a pas le temps d’aller préparer le café, elle s’endort et chacun, chacune en fait autant atour de la table. Tant pis, elle n’aura pas eu le temps, non plus, de débarrasser les assiettes à dessert ni de mettre en marche le lave-vaisselle.

C’est le facteur qui les trouve le lendemain à 11h. Il les croit endormis tant ils ont l’air paisibles. Il se dit qu’ils ont du faire une sacré bringue pour s’endormir le nez dans leurs assiettes. Et puis, il s’approche d’elle, la secoue doucement et se rend compte de ce qui se passe.

La police scientifique découvrira que c’est son cocktail maison de champignons qui les a gentiment endormis pour toujours. Comme ils l’ont écrit dans les lettres déposées dans la panière enrubannée, c’était leur dernière volonté.

 

Nouvelle écrite dans le cadre des 24h d'écriture de Fleury les Aubray de mon amie Anne Marie auxquels j'ai participé par correspondance. Le thème était "se mettre à table" et la phrase de Michel Guérard choisie : Tous les champignons sont comestibles, certains, une seule fois.

Posté par brizou55 à 16:41 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :

lundi 28 août 2017

Afternoon Tea

afternoon tea

Encore une de ces belles après-midis dont Val et Chris ont le secret. Un plaisir de se retrouver en fin d'été entre amis pour flâner sous les cerisiers, papoter avec l'un, l'autre. Un plaisir pour les yeux tant toutes ces pâtisseries sont belles, tant ces porcelaines sont colorées et fines, tant les tables dispersées sous les arbres sont joliement nappées de broderies et fleuries de fleurs fraîchement cueillies. Plaisir des oreilles avec un groupe de musique Irlandaise et un autre très rock and roll. Que de gourmandises!! toutes plus tentantes les unes que les autres... plaisir pour les papilles donc et quel plaisir!!!

Le soleil, comme chaque fois, ne nous a pas fait défaut et les robes fleuries ajoutaient au plaisir des yeux. Les enfants, joyeux de se retrouver chahutaient gaiement. L'après-midi respirait la bonne humeur et le plaisir de vivre.

afternoon tea1

Posté par brizou55 à 17:54 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

lundi 21 août 2017

Comme un air d'atelier d'écriture...

le fosso 2

le fosso

Il y a un bon moment que ça me démange, que ça me turlupine, que ça me trotte dans la tête, alors voilà !

Je vous propose une créécriture « Performance » cet automne. Cela ressemble à un atelier d’écriture mais c’est en pension complète et il s’agira de thèmes et non de consignes. Vous aurez donc tout loisir d’écrire selon votre inspiration et votre envie autant que vous voudrez. Vous aurez aussi le loisir de papoter, de vous promener ou de bailler aux corneilles.

Déjà, nous serons accueillis au « Centre du Fosso » à Gomené et j’espère pouvoir vous proposer une balade en forêt de Brocéliande si nous avons assez de véhicules. Sinon, nous goûterons aux environs du Fosso.

Je vous préparerai quelques thèmes baroques ou bizarres comme il se doit et tâcherai de vous distraire pour faire de votre séjour, une rencontre amicale et scriludienne et un moment de plaisir

 

Et tout ça quand ? Du vendredi 3 matin au dimanche 5 novembre 2017après-midi

 

J’ai encore quelques détails à régler avant de vous détailler le programme mais je vous l’envoie dès que j’ai reçu le nombre d’inscriptions nécessaires à la réalisation de ce projet (12 au minimum, 20maximum).

 

L’hébergement se fera en chambres de deux ou trois personnes dans un cadre magnifique (voir www.lefosso.fr) où Hilary et Michael nous accueillerons.

 

Le tarif sera de 170€ pour les trois jours et deux nuits en pension complète y compris les draps.

Afin de pouvoir réserver cet endroit plein de charme, je vous demande de me répondre avant le 10 septembre 2017

 

 Bien sûr, vous pouvez m’écrire pour plus de détails sur les transports ou l’hébergement.

 

 

 

Posté par brizou55 à 17:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

jeudi 17 août 2017

Quand de la tempête nait un magnifique jardin

La Roche Jagu 1

La Roche Jagu 3

La Roche Jagu 4

La Roche Jagu 5

La Roche Jagu2

Quand une catastrophe engendre la naissance de la beauté. C'est ce qui est arrivé au Domaine de La Roche Jagu en 1987. Cet automne là une tempête àa ravagé bon nombre de forêts. A la Roche Jagu, le département en a profité pour créer des jardins et le résultat est splendide. On peut y flâner à toutes saisons dans des vergers, palmeraie et autres jardins de simples. Y sont dispersés des oeuvres d'art en rapport avec le thème annuel. Le château, lui-même, abrite des expositions sur ces deux étages parfaitement restaurés où la pierre et la lumière sont mis en valeur.

Il est des endroits que l'on pressentait beaux et qui ne vous déçoivent pas. Il y a des années que j'ai envie de découvrir ces jardins qui se situent un peu loin de chez nous. Et puis, ce printemps, nous avons acquis un pied à mer du côté de Paimpol et tout près de Ploezel. Le temps ne nous souriant pas trop lors de notre dernier séjour dans notre petit pied à mer, nous en avons profité pour aller nous y balader. Pas de déception!!! Le charme de ces jardins ont opéré et nous nous sommes promis bien d'autres visites aux cours des prochaines saisons.

 

Posté par brizou55 à 14:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


mercredi 9 août 2017

Avant-après, jeu de miroir à 9 ans d'intervalle

avant après depuis la route

avant après la route

avant après le jardin

avant après Maison

Neuf ans à planter ici, couper là, semer, bichonner, peindre, et voilà... pendant longtemps, j'ai eu envie de quitter Illifaut dès que et si c'était possible. Je n'aime toujours pas beaucoup cette bourgade sans beaucoup de vie où les seules activités culturelles et de loisir sont la gym., la country, quelques étagères de livres à la poste... les seuls commerces: un garage, une boulangerie et un bar... Et puis, l'herbe, les arbres et les fleurs sont venus réjouir mes yeux. Les oiseaux nichent dans les noisetiers. La couleur est venue mettre de la gaieté dans ce petit coin perdu du Centre Bretagne. Nous nous sommes faits des amis. Bref, nous ne sommes plus près de rien mais loin de rien. Et chaque arbre qui poussent, chaque fleur, chaque chant d'oiseau m'attache un peu plus à cette maison. Il y fait bon vivre, tout simplement. 

Posté par brizou55 à 14:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

mardi 1 août 2017

Il suffit de presque rien, parfois...

tbalade 1  balade 3  balade 5  balade 6 

balade 4  balade 7

balade 9 balade 10

La vache, le papillon

et l'herbe qui frémit sous la brise

et ces mûres chaudes sur la langue

Se balader au plein été

pas bien loin, juste là

à côté, vers le petit bois

Ecouter, sentir, regarder...

Le papillon, la mouche, la vache

et ce nuage dans le ciel bleu


Posté par brizou55 à 22:08 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

dimanche 30 juillet 2017

Le charme discret de l'Abbaye de Beauport

Abbaye de Beauport 0  Abbaye de Beauport 1

Abbaye de Beauport 2  Abbaye de Beauport 3

Abbaye de Beauport 4 Abbaye de Beauport 5

Abbaye de Beauport 6  Abbaye de Beauport 7

Abbaye de Beauport 8  Abbaye de Beauport 9

Abbaye de Beauport 10  Abbaye de Beauport 11

Abbaye de Beauport 12  Abbaye de Beauport 13

Même si le temps était un peu couvert, le charme de cette Abbaye à ciel ouvert nous a enchanté. Ses arches qui s'élancent dans la lumière de juillet. Ses grandes baies ouvertes sur la mer. Ses jardins médiévaux au parfums mêlés et aux couleurs surrannées. Tout y est calme, sérénité et poésie. Tout y invite à la lenteur et à la contemplation. On ouvre grand les yeux, le coeur et l'on se sent bien, en paix.

Posté par brizou55 à 14:18 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

mercredi 26 juillet 2017

Comme un air d'atelier d'écriture mais.... pas que

le fosso 2

Il y a un bon moment que ça me démange, que ça me turlupine, que ça me trotte dans la tête, et le voilà !

Je vous propose une créécriture cet automne. Cela ressemble à un atelier d’écriture mais en pension complète et il s’agira d’écriture autour de thèmes (sortes d’installations) qui serviront d’inspiration.

Vous aurez donc tout loisir d’écrire selon votre inspiration et votre envie autant que vous voudrez. Vous aurez aussi le loisir de papoter, de vous promener ou de bailler aux corneilles.

Nous serons accueillis au « Centre du Fosso » à Gomené et j’espère pouvoir vous proposer une balade en forêt de Brocéliande si nous avons assez de véhicules. et d’autres « surprises ».

Je vous préparerai donc quelques installations baroques ou bizarres comme il se doit et tâcherai de vous distraire pour faire de votre séjour, une rencontre d’écriture amicale, ludique et un moment de plaisir

Ce sera du vendredi 3 novembre matin au dimanche 5 novembre 2017 après-midi

Dès que le nombre d’inscriptions nécessaires à la réalisation de ce projet (12 au minimum, 20maximum) est atteint, je vous envoie un programme plus détaillé

Le tarif sera de 170€ pour les trois jours et deux nuits en pension complète y compris les draps. L’hébergement se fera en chambres de deux ou trois personnes dans un cadre magnifique (voir www.lefosso.fr) où Hilary et Michael nous accueillerons.

Afin de pouvoir réserver cet endroit plein de charme, je vous demande de me répondre avant le 10 septembre 2017 et de me verser un acompte de 50€.

Vous pouvez m’écrire ou m’appeler pour plus de détails sur les transports ou l’hébergement. 0296566537 ou par mail : brizou55@orange.fr

Posté par brizou55 à 18:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

lundi 17 juillet 2017

La Der des Ders pour la Triplette

19510282_10213236413206120_2112614856929889377_n

Ils étaient trois amis, Valou, Yvan et Nath. Ils venaient de Marseille ave leur bel accent et toute leur gentillesse et leurs espoirs. Ils sont devenus "La Triplette Dézinguée" gérants du Pub Folette dans un tout petit village du centre Bretagne. Ils y ont amené leur énergie, leur amour de la musique pour l'un, de l'humanité et du féminisme pour elles. Ils ont organisé, pendant six ans, des concerts éclectiques à prix d'entrée libre. Peu à peu, une association y est née, regroupant des femmes du Mené. Des femmes isolées ayant besoin d'un conseil, de papotage, de compagnie, "Femmes en Mené" est née avec ses soirées jupettes, ses randonnées, sa chorale, ses manifestations et ses trocs. Dans un esprit de fête et de solidarité toujours, avec des concerts, toujours!!

Et puis, au printemps, la mairie les a prévenus. Leur bail se termine le 31 juillet.

Pour tous leurs amis, et ils sont nombreux, musiciens, clients, chanteurs et chanteuses, membres de l'association, amateur de musique et d'amitié, c'était impensable et surtout impensable de les laisser partir comme ça. Alors un comité de soutien est né avec le projet d'une grande fête!! La Der des Ders!!!

Un beau projet, ambitieux, à la mesure de notre amour pour eux. Un projet qui nous a bien mobilisé et le bouquet final: cette fête de quatre jours avec musique, amis, jeux, etc... On y a chanté, dansé, mangé des tartes et des galettes saucisses et surtout on leur a montré combien on les aimait et il y a eu aussi quelques larmes...

Voilà, c'est fini mais il nous reste des montagnes de souvenirs et surtout celui de les avoir rendus heureux, je crois.

La Triplette

 

Posté par brizou55 à 14:21 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,