Petits trucs de brizou

mercredi 8 mars 2017

comme un avant goût de printemps

mars

Oui, la tempête nous a bien décoiffés, oui les averses ont bien détrempé la campagne, oui les routes sont toutes crottées par les tracteurs mais, tout ça a un avant goût de printemps et c'est plutôt joyeux!!

Je vois, enfin approcher la fin des levers à l'aube, des longs trajets, des exigences toujours plus grandes. Bientôt, je pourrais me lever plus tard mais aussi marcher, jardiner, lire, écrire et bien sûr aller voir mes princesses ou les accueillir à la maison et ça, c'est super joyeux!

Aujourd'hui, je ne veux pas penser aux sujet qui fâchent, qui affligent ou font de la peine, aujourd'hui je veux penser joie, c'est comme ça.

Posté par brizou55 à 17:34 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :


lundi 27 février 2017

6 ans

7 - 2602

 

Hier on fêtait tes six ans ma si jolie princesse. C'était il y a six ans et je n'ai pas cessé depuis de sentir mon coeur se gonfler d'amour pour toi. c'est toi qui m'a faite mami, toi le bébé de mon bébé. Je répète aujourd'hui ce que je disais alors, je n'aurai jamais pu imaginer l'amour que j'éprouve pour toi. Mois après mois, année après année, je te découvre. Petite fille affectueuse et sensible, intelligente et joyeuse. J'aime passer du temps à jouer avec toi. J'aime ton petit défaut charmant de prononciation, j'aime que tu sois heureuse. Ma princesse jolie, cela fait maintenant 6 ans que je m'émerveille et je souhaite que tu continues à t'interresser à tout comme tu le fais, que tu continues à avoir l'esprit ouvert sur le monde, que tu sois la plus heureuse possible. Je t'aime!!!!

 

Posté par brizou55 à 16:18 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

dimanche 19 février 2017

Petite sextine de mots choisis... par le hasard

coucher

 

Coups d’ailes du colibri

Nectar délicieux

Vol de la pipistrelle

Au soir dans la fougère

Caresse  du zéphyr

Souffle sur ta joue

 

                  Ronde ta joue

                 Au loin le colibri

                 Vole  dans le zéphyr

                Ballet délicieux

               Caresse des fougères

               Aile de la pipistrelle

 

                                       Festin des pipistrelles

                                       Larme sur ta joue

                                      Parfum de la fougère

                                      Le chant des colibris

                                     Chœur délicieux

                                     Souffle du zéphyr

 

                                                            Arrive le zéphyr

                                                           Ballet des pipistrelles

                                                           Parfum délicieux

                                                           Le rose de tes joues

                                                          Taquins les colibris

                                                          Jouent dans les fougères

 

                                                                               Sur un lit de fougères

                                                                               Comme un léger zéphyr

                                                                               Amuse les colibris

                                                                              Agace les pipistrelles

                                                                              Posé sur ta joue

                                                                             Un baiser délicieux

 

                                                                                               Crépuscule délicieux

                                                                                               Froissement de fougères

                                                                                              Il reste sur ta joue

                                                                                             Le parfum du zéphyr

                                                                                             Le vol des pipistrelles

                                                                                             Agace les colibris 

 

Posté par brizou55 à 17:44 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

dimanche 12 février 2017

Quand il fait gris

Pouacre

Depuis deux jours il fait tout gris, le ciel est bas, il a même neigé quelque flocons glacés hier. Alors, tant pis pour la balade à Pléneuf, ce sera pour un autre jour. En attendant, j'ai relevé le Défi Dessin de Charlotte. Elle nous demandais de dessiner un pouacre.... qu'est-ce donc me direz-vous? Et bien, c'est (comme le nom le suggère) quelque chose de moche, sale, peu ragoutant. Dessiner ce genre de chose ne me tentait vraiment pas alors j'ai poussé ma recherche et j'ai trouvé cet oiseau de la famille des hérons. Le Pouacre doit son nom à son cri pour certains et à son habitude un peu dégoûtante de nicher parmi ses fientes. Sans être joli, il m'a mieux inspiré que le personnage laid et sale. Il faisait tout gris dehors, du coin de l'oeil je voyais se poser mes petits compagnons hivernaux, le rouge gorge effronté qui vient tout près de la baie vitrée, les pinsons et moineaux qui arrivent en nombre et s'envole au moindre battement de cils.

Il fait toujours gris et triste et le ciel est toujours aussi bas aujourd'hui. Un temps de cinéma! Nous irons donc voir La la land... rêver en musique. Et puis, demain, qui sait? Le soleil sera peut-être enfin là pour accompagner une balade en bord de mer.

Posté par brizou55 à 11:09 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

lundi 6 février 2017

Et les chanteuses ont bien chanté...

kan ar bobl

Dimanche, c'était la "Truite du Ridor"! Cette manifestation/concours promeut la langue et les tradition du pays gallo. Le gallo, c'est l'autre langue bretonne, la langue de l'ille et Vilaine et des Côtes d'Armor. Personnellement, je ne sait pas la parler et j'ai du mal à la comprendre bien qu'elle ressemble à du patois.

Bref, dimanche la chorale de  "Femmes en Mené" s'est produite à la Truite du Ridor. Robert nous avait fait répéter et répéter nos deux chansons traditionnelles et on était prêtes (et prêts puisque nous avons 3 ou 4 chanteurs dont mon cher et tendre). Nous étions prêtes et surtout heureuses de chanter en dehors des répétitions, de nous frotter à un public, à d'autres groupes aussi. Nous étions heureuses de nous retrouver aussi. D'ailleurs, il paraît que cela se voit, que cela s'entend qu'on a du plaisir à chanter ensemble!!

Bref, il a fallu attendre notre tour, écouter des disous, des contous et des chantous. Des bons et des... un peu moins... on était les 21ème et c'est long d'écouter 20 disous, contous et chantous! Et puis ça a été notre tour. On était une vingtaine sur scène, c'est à dire beaucoup plus que les autres. Robert avait amené son piano et sa harpe. On y est allés et on a pris un plaisir fou!!!! Deux chansons, c'est peu mais on est repartis en chantant pour prolonger un peu. On avait mis nos tenues de scène, noir avec des accessoires colorés, on était veaux comme tout et on a mis le feu. Enfin j'exagère un peu, car la moyenne d'âge du public était plutôt dans les 60 ans... mais bon, quel bon moment.

Après nous il y avait encore une vingtaine de chantous, disous ou contous et puis encore après, il a fallu que le jury délibère et c'est vers 22h qu'on à eu les résultats. Enfin, ceux qui avaient eu le courage d'y retourner. On a fini troisème et on a été sélectionnées pour le Kan Ar Bobl, c'est à dire la finale des chants du peuple breton. Wouahh! On est pas peu fières.

Posté par brizou55 à 17:29 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,


lundi 30 janvier 2017

Femmes en Mené

soirée Follette

Le Mené c'est le territoire où l'on vit. Un bout de Centre Bretagne d'une quinzaine de communes disséminées autour de Merdrignac. De petites communes rurales et agricoles. Il y a des forêts, des collines, des chapelles, des champs, des chapelles et il y a ses habitants dont beaucoup qui se bougent pour animer, aider, faire bouger leur territoire et plus encore.

Femmes en Mené, c'est une association de femmes et d'hommes féministes. C'est à dire de femmes et d'hommes qui veulent faire connaître et reconnaître le droit des femmes mais aussi les aider à faire des activités quel que soit leur niveau de vie, leur situation familiale, leur culture. Une poignée de femmes qui a voulu chanter, marcher, danser, découvrir et qui s'est pris par la main pour y arriver.

Nous, nous y sommes arrivés par le biais de la chorale. Une chorale chaleureuse où l'on vient pour le bonheur de chanter, que l'on intègre à n'importe quel moment de l'année du moment où l'on adhère aux valeurs de l'association. On se retrouve une fois par semaine à une trentaine de femmes et d'hommes autour de notre chef de choeur, "Robert". Et c'est bon!!!

Trois, quatre fois par ans on se retrouve autour de Trocs, lieux de partage et de gratuité (plantes, fringues, joujoux) et occasion de concerts et autres animations. On se retrouve aussi, bien sûr, pour la journée des femmes, la journée contre les violences faites aux femmes, pour discuter, informer, etc...

En partenariat avec la médiathèque, on partage des ateliers d'écriture que j'anime pour mon plus grand plaisir tant les participantes sont motivées.

Samedi on s'est retrouvés pour partager une chouette soirée, chaleureuse et gourmande au "Pub Follette" siège de l'asso. et lieu de concerts, de retrouvailles, de camaraderie, géré par Yvan et Valérianne. C'est Yvan, aidé de Tangy et de Manu qui a préparé l'osso buco. Un délice!! On s'est régalé, on a chanté, on a rit et c'était super bon!!!

Un petit territoire perdu au Centre Bretagne mais un petit territoire qui bouge.

Posté par brizou55 à 15:39 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

jeudi 26 janvier 2017

Non non, pas disparue...

arbre aux oiseaux

Pas disparue mais absente oui. Absente de ce blog et des blogs amis. Je ne sais pas vraiment pourquoi ni comment mais ces dernières semaines je n'avais pas envie. Et c'est tout.

Je crois que, de plus en plus, je ferai "ce dont j'ai envie". De plus en plus car il y a évidemment des choses inévitables, des rendez-vous incontournables. Mais là, vous dire pourquoi je n'avais pas envie de venir poser mes mots???? Sais pas, c'est comme ça.

Je pourrais me cacher derrière ma toux et les innombrables mouchoirs utilisés ces deux dernières semaines. Je pourrais dire mes occupations. Mais non, c'est plus simple et plus compliqué. Je n'avais pas envie et je ne saurais dire pourquoi.

Est-ce que ça ne vous arrive pas quelquefois de ne pas avoir envie de quelque chose que vous aimiez. Le tricot, la lecture, les balades?? On a plus envie et puis, pour qui pour qoi, ça revient.

On a froid, on est en janvier et on a froid et on est surpris... Depuis une à deux semaines, il gèle plutôt fort pour notre région et si ça ne me gêne pas trop vu qu'il fait beau, je crois bien que certaines de mes plantes en ont souffert. Pourtant, ce temps nous amène des quantités d'oiseaux venus picorer nos dernières pommes et des graines. On passe des heures à regarder leur manège, à tenter de les reconnaître. La grive musicienne par exemple. Et sa compagne la grive litorne au ventre orangé... magnifiques! Alors, on patiente jusqu'au printemps pour voir s'il y a des dégâts et en attendant on admire, mésanges, moineaux, merles et autres passereaux. Et tout doucement, on retrouve le chemin des blogs...

Merci d'être venus alors que j'étais absente... merci de vote amitié.

Posté par brizou55 à 14:59 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

dimanche 8 janvier 2017

En vrac

mésange

Noël joyeux et tendre est passé, l'an neuf l'a suivi et puis, fatiguée, mal au dos je suis restée à la maison une semaine de plus. Le froid qui s'est fait piquant a ramené les oiseaux picorer dans le jardin pour le grand bonheur de nos yeux. Mésanges, bergeronettes, grive, merles... ils ont su partager en bon entente les graines, les pommes et les fruits de la passiflore.

J'ai profité de ces quelques jours pour étirer les jours, les rendre souvent paresseux, me lover à lire ou tricoter. J'ai peint et écrit quelques enveloppes de voeux et donc mis à profit mes premiers pas en calligraphie. Tout cela en jetant un oeil au jardin de temps en temps. Sous sa parure givré, qu'il était beau!! On aurait aimé un peu de neige mais non, elle n'est pas venue. Tant pis.

Voeux 2

Voeux

J'ai donc lu, "Le ciel est immense" de Marie Sabine Roger dont j'aime particulièrement l'écriture poétique. Un livre mélancolique et tendre qui parle d'amours manqués, d'un suicide raté qui se transforme en retour vers la vie, vers l'amour... et puis "En attendant Bojangles" de Olivier Bourdeaut, un premier roman qui, lui, parle d'un amour fou au sens propre comme au figuré. L'amour d'un homme pour une femme, de cette femme pour lui, de leur amour commun pour leur fils qui le leur rend bien. La vie rocambolesque de ces quatre personnages* et la folie qui les rattrape, emportant la femme puis l'homme qui la rejoint. Tout cela sur la musique de Bojangles de Nina Simone...

* je m'aperçois que j'ai fait un lapsus qui n'en est pas un. La mère, le père et le fils cela fait trois+ Madmoiselle (une grue) cela fait quatre

en attendant bojangles  le ciel est immense

Demain, une nouvelle semaine et encore quelques semaines de travail...

Posté par brizou55 à 15:29 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,

samedi 31 décembre 2016

et alors que le bout de l'an approche

brume  pomme 2mangeoire  pommier fleurs

vélo  oscarinette

pommier fleurs 2  poule

L'hiver est arrivé dans son manteau de brume et de givre. La dentelle s'est installée au jardin, brodant feuillage et branche et le vélo rouge en a été tout magnifié. Il était temps d'installer les boules de graisse dans les pommiers. Quelques poignées de graines jetées sur la terrasse et le balet des rouge-gorges, mésanges, moineaux et bergeronettes ne cesse plus de nous ravir. On resterait des heures à les regarder picorer, sautiller, s'envoler et revenir. L'hiver est arrivé avec le froid, il a ornementé le jardin et nous nous restons au chaud. Ce sera un WE cocooning pour nous. Nous avons fait nos emplettes de petites gourmandises et feront dînette améliorée mais pas de sortie. L'an 2016 peut partir et 2017 arriver, nous ne leur lèverons pas notre verre. Pourquoi faire?

A vous, je souhaite du bon, du doux et du gai autant et plus chaque jour et surtout le don d'accueillir la joie. J'èspère de tout coeur la fin de l'exil pour tous ceux qui fuient la guerre, la faim, la torture. Nous, nous pouvons, au chaud, supporter la rigueur et la beauté de l'hiver. Je voudrais en ce dernier jour de l'an n'être que gaité et préparatifs de fête mais le ceur me serre à penser aux camps de réfugiés, à ceux qui n'ont même pas encore atteint ces camps et qui errent en Méditerranée.

Je vous souhaite tout le bon possible, soyez heureux et sachez partager la joie. Soyons des hommes et des femmes de bonne volonté, nous seuls pouvont changer le monde.

Posté par brizou55 à 14:55 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

mercredi 28 décembre 2016

Atelier d'écriture par correspondance

2016-12-28_15h16_20

Celui là, je ne l'anime pas, j'y participe et c'est un bonheur. Il est proposé par une amie de Belgique et déjà, à la première consigne, il me surprend et me fait travailler, j'adore.

Deux consignes qui se reflètent, se font miroir déformant... deux textes à l'arrivée, surprenants.

Consigne 1

C’est un beau jour d’été.

Par-dessus les toits, le ciel cobalt n’a pas un nuage.

Pourtant lui, est triste.

Lui, c’est le Capitaine comme on l’appelle à cause de l’ancre noire sur son bras.

Assis sur le gros rocher, une interrogation muette reste plaquée sur son visage sombre.

Rien n’y fait, ni le soleil lumineux, ni les robes légères et colorés, ni la musique de la fanfare.

Son sac lourd est à son pied droit.

Mains ouvertes, il attend son petit chien blanc.

Il n’entend rien, ne voit rien des flonflons et de la fête

Pourtant, il sait bien que le chien ne viendra pas.

Hier, en descendant vers la vieille ville, il ne sautillait déjà plus guère et ce matin

Ce matin, il est resté allongé, malade.

Bruit strident, c’est la sirène

La foule indifférente à son chagrin continue de s’amuser

Sa belle tête couverte d’une casquette hors d’âge il attend un miracle

Et soudain, apparaît Léon venant d’en bas

La jambe longue, le sourire aux lèvres, le genou plié il grimpe dans les cailloux gris

Le poignet souple, le piolet bien calé il porte un petit paquet blanc

Le capitaine ébahi reconnaît son petit chien sans retenir une exclamation surprise

Le grimpeur fatigué le rejoint, lui remet le petit paquet et s’assoit.

 

Consigne 1B

Il fait froid depuis maintenant une semaine.

Les bourrasques se succèdent, gelant les trottoirs et vidant les rues.

La tempête a ramené du sable rouge qui crisse sous les pas.

Quelques passants résistent pourtant, emmitouflés, têtes baissées, marchant vite.

Dans ce tableau, il surprend et interroge : qui est-il ? D’où vient-il ?

Quel est ce matelot irrité apparu rue vieille ? Il est là, bien portant debout, la nuque claire, le poing fermé, les pieds nus. Sa valise légère dans la main gauche il reste impassible, comme insensible au coupant de la bise.

Un chat noir vient se frotter à sa jambe pliée dans un silence indifférent. Il sursaute et se met en marche vers le café de la place. De sa main gauche il ouvre la lourde porte du troquet, il a le coude raide et fait tinter la sonnette. A son entrée on se tait et il avance dans un calme doux et interrogatif.

Qui est-il, personne ici ne le connaît. D’où peut-il venir en plein milieu de l’hiver, au plus froid de février ? C’est pourtant un troquet de marin ici, en témoignent la bouée blanche au-dessus du bar ou officie une matrone qui lui tend un verre fumant de son bras court.

Il approche le tabouret, s’assoit cheville tendue et ils se regardent. Cet échange est une affirmation criante. Ils se connaissent, eux.

Il boit son vin chaud et sourit enfin. Elle chasse le souvenir de la fuite lâche. Tant d’hivers ont passé depuis, effaçant l’affront, atténuant le chagrin, ne laissant l’image que du nageur détendu dont elle garde une photo écornée sur sa coiffeuse. Il glisse sa main au fond de la poche de sa vareuse et en sort un petit caillou qu’il lui tend. Elle sourit alors à son tour.

 

Posté par brizou55 à 15:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :