Petits trucs de brizou

mercredi 8 avril 2020

Mes recettes de Mamie sorcière...

cueillette du jour  cueillette du jour 3

cueillette du jour 2  cueillette du jour 4

 

Tous les jours je marche à proximité et pas longtemps. Je marche et je cueille. Il y a de l'oseille sauvage pour la salade. Il y a de la berce jeune, de l'ortie, pour la soupe. Et puis, j'espérimente des recettes de bien être. L'eau détox en est une. Bien laver la cueillette d'orties, la mettre dans un bocal avec de l'eau, la laisser macérer toute une nuir, enlever les orties, boire à volonté toute la journée. L'ortie, cette herbacée considérée comme une « mauvaise herbe » est en réalité pleine de vertus. Ses tiges et feuilles sont bourrées de nutriments et de minéraux (magnésium, soufre, azote, fer), intéressants en traitement au jardin, mais aussi en cuisine et en infusion. Dans l'eau détox elle est rafraîchissante et diurétique. Essayer, c'est l'adopter!!!

assouplissant aux agrumes  eau detox

 

Pour la maison, je me fais régulièrement un produit aseptisant, parfumant, adoucissant textile en faisant macérer des peaux d'agrumes dans le vinaigre blanc. Cela sent super bon et c'est prêt en 2 à 3 semaines. Du coup, j'en ai toujours en préparation. 

Kéfir  lessive de lierre

 

Je prépare également du Kéfir de fruit avec des fruits secs et des tranches d'agrumes. Encore un liquide bon et rafraîchissant qui fait du bien aux intestins. Les feuilles de lierre, c'est pour faire une lessive qui garantit les couleurs du linge.  50 feuilles bouillies 20' dans 1l d'eau. Laisser macérer une nuit, filter et c'est prêt. A ajouter ou à alterner avec la lessive maison au savon de Marseille.

coquilles d'oeuf  paille

purin de consoude  purin d'orties

 

Le jardin n'est pas en reste. Je lui ai concocté des purins de consoude et d'ortie en vue de cultiver un potager sur paille. Je garde les coquilles d'oeufs pour en faire des colliers contre la cloque du pêcher.

Je vous le disais, je suis une Mamie un peu sorcière...

Posté par brizou55 à 15:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


mardi 7 avril 2020

La beauté en gros plan

604 1  604 2

604 4  604 5

604 7  604 8

604 9  604 11

604 12  604 13

 

Simplement les poser là, pour la beauté et le partage.... 

Posté par brizou55 à 14:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

jeudi 2 avril 2020

Petites balades autorisées

2803

Je ne vais pas bien loin. Un kilomètre aller, un kilomètre retour, quelques pas de plus ou quelques pas de moins... Je marche un peu chaque jour dans la limite autorisée. Je ne rencontre personne, ou parfoi un chat, voire un chien. Au lin les vaches commencent à venir aux champs. Sur la route, la ronde des tracteurs chargés de fumier soulève une poussière folle. Depuis qu'ils sont seuls ou presque à rouler, ils y vont de bon coeur. Moi, je marche sagement sur le bord de la route, guettant l'éclosion des bourgeons, la naissance des feuilles de plus en plus nombreuses. Je cueille aussi, des herbes à soupe ou à salade pour le dîner. De la berce, des orties, des nombrils de vénus, de l'oseille sauvage au petit goût acidulé... Je vais toujours au même endroit, ma limite imposée par le fameux kilomètre. Souvent, au retour, je vais voir le jardin qui lui aussi est en train d'exploser sour le soleil arrivé en même temps que l'épidémie. J'ouvre grand mes narines puisqu'un signe de la maladie est, paraît-il, la perte d'odorat. Non, ça va, pour l'instant la bonne odeur du jardin me ravit. J'observe chaque jour les progrès de la nature sous l'oeil vigilant de Réglisse (mon chat) qui ne demande qu'à jouer et se rouler dans l'herbe. Le chant des mésanges, pinsons et autres rouges gorge accompagne ma déambulation. C'est bon et inquiétant à la fois le silence. Car mis à part les chant des oiseaux et les tracteurs, le silence est inhabituel et lourd. Voilà, mon tour de jardin est terminé, j'ai empli quelques arrosoirs pour les arbustes nouvellement plantés selon les conseil de mon amie Dominique. Je rentre, il est l'heure du thé. 

amélenchier 2  cassis

poirier  romarin

tulipes 2  amélenchier

balade

Posté par brizou55 à 14:20 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

dimanche 29 mars 2020

Défis chansons de mars et autres fariboles

  supercali  arbuste

balade 1   cerisier

 

Cha cha cha  saule

souci  Tatakizomé

tulipes  rhubarbe

Mars 2020, le printemps est enfin arrivé au début du mois, chaud, ensoleillé, joyeux de tous ses chants d'oiseaux. Et puis, cette saleté de petit virus au pouvoir de tuer. Alors on s'est confinés. Enfin, pas tous, il y a tous les soignants qui ont du redoubler d'efforts, doubler leurs heures de travail. Il y a tous les employés des commerces d'alimentation qui, eux aussi, malgré la peur, la fatigue nous permettent de faire les courses. Il y a tous ceux, invisibles le reste du temps dont le travail nous rend la vie plus facile, employés EDF, de mairie, de la poste, conducteurs de trains, enseignants, éboueurs, et je dois en oublier. Tous ceux là ne ménagent pas leur peine tandis que nous restons chez nous. Rester chez nous, c'est peu mais déjà beaucoup. Cela évite de continuer à le propager ce virus minuscule et meurtrier... COVID 19 il s'appelle. Mars 2020 se termine, il fait froid, le vent s'est levé, glacial, nous confinant un peu plus et laissant la place aux oiseaux et autres animaux du jardin, des bois et des champs. La Nature continue de s'éveiller, les cerisiers et les pommiers commencent leur explosion de fleurs et les abeilles, sans les hommes, peuvent sen régaler à loisir. Mars 2020 nous confine et, soudain, la nature pousse un grand Ouf!! Saurons-nous continuer à la respecter une fois COVID vaincu? Saurons nous nous préoccuper des autres, leur faciliter la vie? Mars 2020, confinée dans ma Gerbière, j'ai jardiné, cuisiné plus que d'habitude, bricolé, marché (2km aller/retour) et vu fleurir le printemps. J'ai relevé deux fois les Défis de Anne, illustrant des chansons. Supercalifragilistic... et Mozart de Boris Vian. Des chansons gaies, pleines d'entrain!! J'ai proposé et propose encore à quelques ami(e)s de jouer avec les mots et puis, j'avoue procrastiner beaucoup. Mes enfants, mes petites filles, me manquent terriblement. Heureusement il y a le téléphone, internet et le jardin. Prenons soin de nous et tâchons de garder le sourire et l'émerveillement. 

 

Posté par brizou55 à 20:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 25 mars 2020

Aleph

aleph

Jour 6. La consigne était de suivre l'exemple de Borges et d'imaginer voir les grand comme le miniscule...

Confinée mais libre de rêver je vois par delà mon horizon des rivières au doux murmure, des prés jonchés de jonquilles au doux parfum d'enfance. Je vois une plage au sable infiniment doux remué par le ressac apportant son offrande de coquillages nacrés. Je vois les rues des villes désertées n'offrant plus d'abris ni de subsistance aux plus démunis restant en première ligne de la misère. Je vois des hôpitaux débordant d'activité fiévreuse où médecins, infirmières et personnel hospitalier luttent jour après jour, heure après heure, minutes après minutes au bord de l'épuisement contre un virus mortel. Je vois le pinson des arbres coloré et bavard sur les branches du pommier. Je vois les pruniers blanchir jour après jour sous la neige de leurs fleurs délicates. Je vois mon chat dormant du sommeil du juste après avec couru, tranquille et heureux après les mulots. Je vois chaque jour de nouvelles merveilles minuscules et des horreurs sans nom. Je vois l'égoïsme et la solidarité. Je vois la beauté et l'injustice tour à tour danser un ballet psychédélique. Je vois aussi, bienheureuse, mes petites filles sur l'écran de l'ordianteur, fil ténu qui nous relie par delà le confinement et j'ai hâte de les serrer dans mes bras.

Posté par brizou55 à 14:21 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :


vendredi 20 mars 2020

Petits jeux d'écriture "confinement" 3

cropped-cropped-header1Atelier CONfinement 3, aujourd'hui vendredi... et on continue de partager et de se sourire à distance. Activité partagée  avec plaisir et un brin de malice.

Un haïku argentin est un « haïku de mots » avec un mésostiche.
 Pour écrire un haïku argentin choisissez d’abord un mot de trois syllabes, par exemple « banane ». Ce mot sera banni du poème que vous allez écrire, de même que ses dérivés ou les mots de la même famille : bananes, bananier, etc .
Ecrivez un poème qui parle du mot choisi. Le poème doit comporter trois vers de 5, 7 et 5 mots. Un mot du premier vers doit contenir la syllabe « ba », un mot su deuxième vers doit contenir la syllabe « na » et un mot du troisième vers doit contenir la syllabe « ne » (ou le mot « ne », dans ce cas).
La mise en page doit présenter le mot « banane » verticalement. (On le souligne ici pour mieux montrer la forme) :
 

                                                        la balance frissonne un peu
                       sur son dos acéré la nature morte
  déploie un nouveau sourire jaune

Évidemment, pour nous le mot était: confinement

J'ajouterai notre... production demain....

une lassitude CONstatée commence ici
                      la FINE pellicule de brouillard au bourg
réveille douceMENT le monde engourdi

 

Les animaux sont contents,

 Finement par le virus arrivé,

 Ils ont contraint l’humain à remiser son fusil prestement.

 

Réfugions nous dans nos coCONs

Afin de mettre le virus au déFI

Avant qu'il nous miNE

Même s'il faut subir l'enfermeMENT

 

Contents les enfants

Rire aux  fines larmes

Leurs jeux sûrement

 

Toi hiver confit

Ne t'en déplaise

Printemps m'ennivre

 

Sur son balcon bleu

La danseuse peaufine un

Ballet  sûrement ?

 

 

 

Le ciel aux contours bleus

Bordés de fines dentelles de cumulonimbus

Nous souhaite sûrement un joli printemps

 

C'était des mots "con"!

Pas des syllabes. "in fine" l'erreur

Vue était là, sûrement, finalement.



Loin de nous toute cette CONfusion
Car in FINE le virus laissera sa place
Le vivant ne MENT pas sa route il trace



Quelques fruits CONfits, sucre candy

Quelques mots FINement choisis, plaisir exquis

Quelques jours déMENtiels au petit goût de fiel



Conscience du silence

Ligne fine de l'horizon

M’emmène en voyage



Rester en CONtact ainsi

est, déFInitivement,

une bien bonNE idée,

personne ne le déMENTira !

 

Aie Confiance,

In Fine dans l'avenir,

Il ne ment pas !

 



 

Posté par brizou55 à 20:51 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

Petits jeux d'écriture "confinement" 2

cropped-cropped-header1Deuxième jour hier jeudi, atelier CONfinement 2

Un jeu de circonstance puisqu'il se nomme la contrainte du prisonnier. Il faut imaginer vouloir économiser le papier et donc n'écrire qu'avec des lettres qui ne dépassent pas comme le l, b, f, g, etc...

 

on a un exercice avec encre savonneuse si nous avons une crise à voir un mauvais anniversaire en ces crânes creux si nerveux ; un moine aux cerveaux amicaux nous enverra nécessairement une main assurée si on a en un mois avec assurance un rêve en cieux rassurés ; nos âmes amusées, nous, vous, moi, on saura rire sans récriminer en ces saisons saines à venir ; un virus saura réunir nos amours... 

Amies, amis, vous voir en ce mois de mars… non, mais vous écrire mon amitié sans rimes ni raison, oui

Mon ami

ce mois -ci ,crise,sans sous,sans rame,sans issue,vous écrire avec économie m'amuse moins.m'ouvrir à vous ainsi me vexe mais necessaire à secourir mon ame .mon ami à vie

à un avenir imminen... marie

 

Cerise mon aimée, va sur ma voie courir; A mesurer ces mur- maison, mon cerveau macère, se rassis,sans air, sans murmure, à énumérer ma vie; sans amis à recevoir, avec nos rires, nos vies renversées, nos cris, nos sourires, ce "corona" m'énerve, va, vermine.....!!! 

mes amis oiseaux me crient ces coucous amoureux car mon cœur crie aussi avec raison son amour .
Rions à en mourir en ces murs mes aimés,vivons en amis,sourions à ces vies.

Muse, amuse-nous, amuse-moi...

amoureuse mère

ouvre nos vies à nu,

amène sur nos mines

comme une vision,

un sourire rêveur...

survivons mes amis...immunisons nous à la source...nourrissons nous avec une encre mauve...ma nausée vaincra ce virus méconnu. rimons, aimons, écrivons encore. rions au massacre...ouvrons nous à nos univers...ramassons nos racines...exerçons nous à émouvoir...sourions à un sursis en immersion...avançons case à case vers une icône rousse...en survie nous vaincrons!

Réussir à survivre avec la mémoire en vrac ; une case rêve en moins.

Un exercice si nouveau, sans air.

Sourire au miroir,  sans croire, un...six...dix …

si on ne va ni mourir ni vivre, mais survivre, on va, sans aucun murmure ni rire, remanier nos avis, revoir nos sourires, réécrire nos vies, courir, amoureux à vie, soucieux à mort.

 

Posté par brizou55 à 20:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Petits jeux d'écriture "confinement"

cropped-cropped-header1C'est aujourd'hui le troisième jour que je donne aux participant(e)s de mes ateliers de petites consignes ludiques pour garder un lien pendant ce confinement.

C'est, en effet, une période bizarre et propice pour certain(e)s à l'inquiétude, voire l'angoisse. On est parfois seul(e), ou pas. Où je vis, nous avons presque tous un jardin et c'est déjà beaucoup mais ça n'empêche pas de trouver le temps long. Les liens sociaux manquent. 

Alors, j'ai eu cette envie, partager un petit moment d'écriture ludique chaque jour que j'ai appelé, atelier CONfinement.

 

Mercredi, atelier CONfienement 1 il s'est agit d'écrire quelques lignes avec le plus de mots commençant par" CON"

Voici le résultat. Sympa non???

Confinés et contrits consommons de la confiture et confrontons nos configurations contradictoire

Confinés et contrits consommons de la confiture et confrontons nos configurations contradictoires
et concomitantes sans entente ni concertation préalable.
Continuons à confronter nos idées consensuelles.
Continuons à convoquer constamment nos contes, à décongeler des compotes et concevoir des conserves. Évitons les cons comme la contagion et concilions ces congés sans contester avec de saines conversations. Continuons à convoquer constamment nos contes, à décongeler des compotes et concevoir des conserves. Évitons les cons comme la contagion et concilions ces congés sans contester avec de saines conversations.

On est conciliant avec les cons en periode de confinement, c’est pas contradictoire, c’est juste pour pas contrarier les constellations.

Constamment contraints c'est comme être constipés, interdits de conspirer,  conspuons ces considérations et concentrons nous sur l'essentiel, la poésie envers et contre tout.

Concocter une poésie vraie sans masque, malgré les contre-indications, les conditions. Dans les confins de notre Bretagne ! Où  seule  la contagion des mots nous console.

Je suis contente de la configuration que prend ma contrainte

La contrainte un peu con, continue de conter: conseils, consignes, conventions, tout un congloméra de combines pour conjurer le corona.

Qu'ont-ils donc ces conspirateurs conscients des conciliabules, contrits, qu'on conchie, condescendant en contrant les conférenciers convaincus des combats conditionnant la conscience compulsive du conclave des confineurs.

La trêve des confiseurs viendra...!!! Comptez les jours, le conteur compte...1 2 3 4 5 6......7 assez...!!!

Contrariée de ne pas avoir concocté à temps une contine,je me tiens prête,concentrée pour la prochaine consigne.

 

Confraternellement.

Qu'on continue contents confiants, qu'on ne confine pas confits, qu'on compulse sans congé.

COMplètement CONsciente de l'urgence mais tout de même CONsternée par ce CONfinement
Durant ces journées je CONstate mon CONfort intérieur
ma chance d'être acCOMpagnée dans cette CONtrainte en CONtradiction avec les CONditions
de ceux qui bravent le danger
je ne veux pas être COMplice
de cette CONtagion
JE RESTE CHEZ MOI

Posté par brizou55 à 20:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

jeudi 19 mars 2020

et malgré tout

arbuste  camélia

cerisier  floeurs blanches

invitation au jardin  jacinthes

pêcher 2  souci

Oui, malgré tout, le printemps est là souriant de tous ses bourgeons, éclatant de chants d'oiseaux!! La nature nous le dit, elle s'en fou des virus et autres Covid 19. Elle s'en fout et même elle en profite un max pour respirer, enfin!! Les voitures se font rares, les chasseurs sont confinés, restent quelques promeneurs et des amoureux du jardin. Elle sourit d'aise la coquine et elle a bien raison car le soleil, taquin lui aussi, est revenu en force dès le confinement. Je crois bien que même les oiseaux chantent plus fort!!

Posté par brizou55 à 18:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :

samedi 14 mars 2020

Pour l'amour d'une rose, le jardinier est le serviteur de mille épines.

Braderie 01  Braderie 02

Braderie 03  Braderie 19

Braderie 2  Braderie 5

Braderie 6 Braderie 15

Braderie 17 Braderie 6

 

Aujourd'hui, c'était braderie!! Dominique souhaitait "liquider" (quel vilain mot mais quoi dire d'autre?) les arbustes, rosiers, hortensias et autres lianes qui lui restaient de son exploitation. Voilà, les uns après les autres ils sont partis accompagnés de ses conseils avisés. Les visiteurs heureux de sortir en ces temps que l'ombre de la maladie bouleversent. Peut-être, demain, sera-t-on confinés chez nous... alors, nous pourrons encore jardiner et mettre en valeur ce bien inestimable. Notre jardin. Il y a eu du monde, certains achetant une plante longuement choisie et d'autres emplissant des brouettes. Nous avons aidés Dominique à se séparer de ses dernières plantes en pot. Restent le jardin, la roseraie, les nouveaux parterres. Restent les 450 variétés de roses disséminées ici et là. Reste le désir de garder vivant ce lieu délicieux créé par deux amoureuses des roses. 

Je n'ai pas su résister et je me suis encore offert plusieurs arbustes dont la plantation saura occuper quelques heures au jardins et qui, je l'espère sauront occuper quelques heures de contemplations futures. C'est cela l'espoir, la foi en des jours plus beaux, imaginer des jours de paresse bercé par le chant des oiseaux et le parfum des fleurs.

 

Posté par brizou55 à 17:33 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :