Maman2

Pardon Maman, je t'ai aimée tu sais

Tu n'as pas eu une vie rigolote Maman et j'en suis triste pour toi mais je n'y suis pour rien

Ton Papa est mort alors que tu n'avais que huit ans, alcoolique

C'est ce que tu m'as dis, c'est ce que disais aussi Mémé qui, veuve à trente ans, a porté le deuil toute sa vie

Après il y a eu la guerre, l'occupation et ta rencontre avec Papa

Je crois que tu as vécu là tes belles années, même avec six enfants en neuf ans.

La sixième, c'était moi, un accident comme tu me l'as dit plus tard

Tu n'as pas eu une vie rigolote Maman et j'en suis triste pour toi mais je n'y suis pour rien

Un accident de préservatif, voilà ce que je suis et resterai toute ma vie car c'est ce que tu m'as dit

Tu m'as dit la luzerne, l'été, votre jeunesse et c'était beau

Tu m'as aussi dit que tu ne me voulais pas et tes efforts pour me décrocher de toi

Tu n'as pas eu une vie rigolote Maman et j'en suis triste pour toi mais je n'y suis pour rien

Et puis Papa est parti nous laissant tous les sept, pourquoi lui as-tu dit que tu ferai de moi, la petite, la dernière, une garce ?

Pourquoi me l'as-t-il dit lui ?

Tu m'as câlinée, Maman, tu m'as tendressée infiniment comme un remord, peut-être

Tu ne t'es pas remariée, tu en voulais trop aux hommes

Tu n'as pas eu une vie rigolote Maman et j'en suis triste pour toi mais je n'y suis pour rien

Certaines disaient que tu te sacrifiais pour nous...

Je n'ai jamais voulu de ce sacrifice

J'ai grandi, je suis partie

J'ai fui ?

Tu n'as pas eu une vie rigolote Maman et j'en suis triste pour toi mais je n'y suis pour rien

Je t’aimais, je t'aimais,  Maman, mais tu m'étouffais

Et puis la vie, les années sont passées, ta jeunesse aussi

Ta vie, j'en suis consciente est devenue triste, monotone

Tu n'as pas eu une vie rigolote Maman et j'en suis triste pour toi mais je n'y suis pour rien

Oui, quelque part en moi, je sais que je t'ai fuie

Pour vivre, pour être heureuse

La maladie, la tristesse t'ont emportée et je n'étais pas près de toi

De cela, j'y suis pour quelque chose et t'en demande pardon, Maman

PS: Une incitation des Impromptus littéraires à parler des Mamans. L'occasion, pour moi, de dire ce que je ne pouvais pas lui dire de son vivant de peur de lui faire de la peine et sûre qu'elle ne comprendrait pas