Peignie 5

 

Je ne l'ai connue qu'assise dans son fauteuil, la maladie déjà bien plantée en elle. Je ne la voyais qu'aux réunions de famille c'est à dire très peu. Je la connaissais donc très mal, très superficiellement et c'est en écoutant ses amis, sa famille que je m'en suis rendue compte. Moi, je la voyais effacée quand elle était attentive. Je la voyais courageuse et discrète quand elle était heureuse d'être parmis nous. La cérémonie était belle, touchante, tellement touchante. Je l'ai vue jeune, si belle, si heureuse et pleine de vitalité. Jeune amoureuse, jeune femme, jeune maman. Je l'ai vue malicieuse, coquine, souriante par dessus-tout, tellement souriante, jusqu'au bout. C'était ma belle soeur, elle et son mari étaient un couple exemplaire, fusionnel. Ils ont eu trois enfants, quatre petits enfants. Elle souffrait depuis pas loin de trente ans de sclérose en plaques. Saleté de maladie qui gagne peu à peu sur la souplesse, la mobilité, la vie... Je l'ai découverte encore plus attachante ce jour là, le jour de l'incinération. Je pense à elle, à ceux qui maintenant la pleure... Au revoir Jacqueline