1 4

12 13

Ce doux moment de la fête des mères. Ce doux moment où j'aime dire à mes enfants combien je les aime, combien ils m'ont été, me sont et me seront toujours précieux. Ils ont été le bonheur infini de donner la vie, ce bonheur de leurs sourires, de leurs rires, de leurs progrès. Ce privilège d'être celle qui console, qui guide, qui toujours admire. Ils ont été ma bouée, eux qui m'ont donné envie et force de tenir dans la tempête. Ils sont la tendresse, la joie, la présence même loin ils sont là,ils existent et je les aime.

A présent, cette fête je la partage avec ma fille. A son tour elle connaît cette douceur là et je suis heureuse pour elle.

Voilà ce qui s'est passé juste avant... et puis j'ai laissé le temps filer, laissé les petits évènements de ma vie filer, les joies, les jours gris, la floraison du pommier, les premières roses et les nuages gris. Tout passe si vite parfois et ma copine Anne me réclame et je lui fait coucou, et Célestine s'inquiète et je la rassure.

Tout va bien mais, est-ce de la paresse? De la lassitude? Je ne sais pas mais pardon à vous d'avoir été infidèle à vos blogs comme au mien. Voilà, je reviens.