En quittant Loverval, le Magnificat et tout ce que représentent ces quelques jours annuels, il me restait encore à déguster de délicieux moments avec mon amie Nanou.Un peu gâchés par mon dos qui se rappelait à moi par intermittence mais Ô combien précieux par leur rareté même.

Une maison où son mari, ses enfants que je voit grandir depuis près de dix ans, nous attendaient. Une maison chaleureuse et joyeuse malgré la période d'examens pour les deux plus grands. Une maison où l'on peux bavarder en tricotant alors que les enfants dessinent sur la terrasse. Une terrasse où pousse de beaux pieds de tomate et où se prélasse un gentil chat roux et doux. Des repas animés, des jeux. Des instants volés et consacrés à déguster le café ou le thé dans une échoppe de Liège. Nanou, comme ils étaient bons et bien trop courts ces moments là. Heureusement il nous reste la plume, nos photos, nos blogs. Heureusement, la distance importe peu quand il s'agit de penser l'une à l'autre... à bientôt ma généreuse.

Liège3